roue qui tourne pour patienter

☰ MENU enveloppe

bouton de fermeture du menu
;

Sentir un parfum

illustration de l'article

La parfumerie est un art scientifique. Un art maîtrisé par le parfumeur, qui a à disposition dans son “orgue”, une palette d’environ 6000 odeurs différentes, chacune possédant sa note et sa personnalité.

Le nez doit associer ses odeurs, les “marier” en des harmonies subtiles jusqu’à trouver l’accord parfait qui enchantera notre sensibilité. C’est un art très complexe. Le parfumeur doit tenir compte de l’odeur, de sa ténacité mais aussi du degré de volatilité des différentes essences qui entrent dans sa composition et de leur réaction sur la peau.

Le contrôle de qualité intervient à tous les stades de la production. Un échantillon témoin de chaque lot est prélevé pour assurer une qualité constante. Voir le processus de fabrication d’un parfum.

Lors de la vaporisation d’un parfum dans l’air, l’odeur évolue.

Tout simplement parce que le parfum contient des éléments plus ou moins légers, volatiles, qui subsistent plus ou moins longtemps.

 

A cause de cela, on pourra détailler :

La note de tête : celle qui apparaît la première, dans laquelle les éléments légers, volatiles sont plus présents. Elle dure quelques minutes.

 

La note de coeur : quand les éléments légers sont évaporés (de quelques minutes à 1 heure ou deux.). Elle détermine le thème le plus persistant.

 

La note de fond : au bout de plusieurs heures ne subsistent que les éléments les plus lourds. On la sent de façon plus sourde ou pas du tout, mais c’est sur elle que vont s’appuyer les deux autres notes.

 

Cependant les trois notes ne sont pas forcément différentes, la tendance est à des notes dites “en ligne droite” (l’odeur varie très peu dans le temps).